Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères | BP Eminet, Développement et formation Drupal, formation WordPress, formation SPIP, plate-forme collaborative Claroline, Drupal, ergonomie, accessibilité, multilinguisme | http://www.p-interactif.com | Accueil | Imprimer

Accueil « Articles et contributions « Retour à Ecriture web - écrire pour un écran de PC ou pour un smartphone

Ecriture web - écrire pour un écran de PC ou pour un smartphone

Mais aussi écrire un SMS, un mail ou un commentaire sur un réseau social.

50% à 60% des sites web sont désormais consultés sur des "mobiles". La capacité d’attention est ainsi dégradée.

Le "smartphonaute" est détourné de son attention sur le web par d’autre sollicitations, SMS et autres FaceBook...

Faire attention à la lecture web / smartphone vs papier
Sur le web ou sur un smartphone, l’internaute perd 50 % de son attention et ne lit qu’un mot sur deux... Les exemples suivant sont réels et ont été « glanés » dans la presse, dans des SMS, sur FaceBook sur le web ou ailleurs et proviennent aussi d’expériences personnelles.

La réalité avouée (ce que je désire exprimer) et celle perçue (ce que l’autre entend) => possible incompréhension, incertitude vis-à-vis du discours qui peut être très mal interprété.

Le "receveur" peut être ainsi placé dans une situation dite de FUD (en anglais : fear, uncertainty and doubt) littéralement « peur, incertitude et doute ». Le FUD est une technique rhétorique utilisée notamment dans la vente, le marketing, les relations publiques et le discours politique. Elle consiste à tenter d’influencer autrui en diffusant des informations négatives, souvent vagues et inspirant la peur. Terme initialement utilisé pour qualifier une tactique délibérée de désinformation.

Sauf que dans le cas qui nous intéresse dans cet article, le FUD n’est pas "délibéré". Il est induit par une mauvaise compréhension du discours qui échappe à l’émetteur, car il est allé trop vite et n’a pas mesuré la portée de son discours...

En avoir plus : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fear,...

"Les haricots"

"Les haricots ne donnent pas le cancer"
Comment cette phrase sera-t-elle lue et surtout perçue ?

Sur le papier, 70% des lecteurs vont comprendre que haricot = non-cancer
Mais sur le web 50% des internautes vont associer haricot = cancer qui sont les deux mots importants (lus donc perçus) de la phrase.

Autre exemple - utilisation malheureuse d’une périphrase

"Les compagnies de cartes de crédit figuraient parmi les principaux bailleurs de fonds du prédécesseur de Barack Obama" (lexpress.fr - octobre 2009)

Combien d’entre vous vont associer - sur le web - la notion de bailleurs de fonds à Barack Obama plutôt qu’à Georges Bush ? - Utilisation ici d’une périphrase pour représenter Georges Bush.

40 ou 50% ? dont votre serviteur qui a dû revenir à l’article pour vérifier.

Un autre exemple

"J’ai demandé de repenser les horaires des pubs pendant la Coupe du monde"
On comprend un peu mieux qu’il s’agit des "bars britanniques" et non pas des publicités lorsque que l’auteur de cette phrase (David Cameron) est cité. Il s’agit de contenter les amateurs de bière qui demandent à pouvoir se retrouver jusqu’à 1 heure du matin : soit 2 heures de plus.

L’ambiguïté – souvent dans des mails, des SMS ou sur des réseaux sociaux

Une virgule, un accord, un accent, la mauvaise tournure d’un mot ou d’un verbe peuvent changer complètement le sens de la phrase.

=> Occasionner des conflits, des incompréhensions ou des réponses très négatives voire néfastes...

- Tous les cas suivants sont complétement réels…

« L’eurodéputée Corinne Lepage, qui possède une maison dans le Gard et conseille le collectif d’Uzège-Pont du Gard, a entamé les même procédures » (l’express - octobre 2009).
Combien d’entre vous voit la virgule derrière "Pont du Gard" ? Ainsi ce n’est pas le collectif qui a entamé une procédure mais C Lepage.

"Le monstre du Loch n’est pas une légende" ou bien « Es-tu sûr que tu ne veux pas y aller ? »
Allez-vous répondre par oui ou par non ?

"L’insécurité des médecins en légère baisse mais plus d’agressions verbales"
Y en a-t-il plus (+) ou bien il n’y en a plus (-) ?

« Pierre nous prodigue plus de conseils ».
Veut-on dire que "Pierre ne nous prodigue plus (donc il n’y en a plus du tout) de conseils" ou que "Pierre nous prodigue plus (+) de conseils.)

« Barack Obama s’enlise, mais le business, lui, trace sa route » ( Un intertitre d’un article de Challenges - novembre 2014 »
Ici une mauvaise « vision » de la troisième virgule inverse complètement le sens de la phrase.
À noter que cette phrase est assez bancale dans sa construction.

La périphrase :
"Les compagnies de cartes de crédit figuraient parmi les principaux bailleurs de fond du prédécesseur de Barack Obama" (lexpress.fr - octobre 2009)
Combien d’entre vous vont associer - sur le web - la notion de bailleurs de fond à Barack Obama plutôt qu’a Georges Bush ? 40 ou 50% ? dont votre serviteur qui a dû revenir à l’article pour vérifier.
Une périphrase est une figure de style qui consiste à dire en plusieurs mots ce que l’on pourrait dire en utilisant un seul terme. Cette figure de style est utilisée beaucoup en journalisme pour éviter de répéter un mot, une entreprise ou un nom…
Exemples : Outre-Manche = Au Royaume-Uni, Outre-Quievrain = En Belgique, L’électricien tricolore = EDF, À la corbeille = La Bourse, Le gardien des bleus = Pierre Dupont le gardien de but de l’Equipe de France de foot

Comparer sur des majuscules accentuées :
LE MINISTRE CHAHUTE A LA CHAMBRE DANS SA POCHE
LE MINISTRE CHAHUTÉ À LA CHAMBRE DANS SA POCHE
LE MINISTRE CHAHUTE À LA CHAMBRE DANS SA POCHE
LE MINISTRE CHAHUTÉ A LA CHAMBRE DANS SA POCHE

Vous interviendrez bien sûr le soir / Vous interviendrez bien, sur le soir

« Il est l’heure de manger, les enfants ! » / « Il est l’heure de manger les enfants ! » L’Ogre dans le Petit Poucet (Charles Perrault)

Un dialogue SMS... _« ça va ? Tu n’as pas répondu à mes messages »
« ça va pas vu tes messages » / « ça va, pas vu tes messages »

Dans un mail ou un contenu
… on va dire les sites web que je suis en direct
Plutôt
On va dire les sites web que je suis (follow / suivre) en direct
Sinon il y a confusion entre le verbe « suivre » et le verbe « être »...
La phrase est alors « bancale »

…partant d’un travail initialisé depuis peu avec Nicole Dubois qui m’a fort intrigué...
Plutôt
…partant d’un travail initialisé depuis peu - et qui m’a fort intrigué - avec Nicole Dubois ... (pas Nicole mais le résultat...)
Qui va juger la faute sur « intrigué(e) » ?

La couturière a repris ses fils en main…
Du fil ou bien ses enfants mâles ?

Je suis la femme que j’aime
Suis = « suivre » ou « être » ?
Dans ce cas « Je suis (être) la femme que j’aime » ou bien « Je suis (suivre) la femme que j’aime »
En plus "Je suis etc." fait un peu "Je suis Charlie" et c’est un peu d’actualité récente...

Les frais de médicaments de Samuel ont été remboursés par la SS.
Samuel a été contrôlé par la SS.
La phrase se réfère-t-il à une situation actuelle ou bien durant « l’Occupation » ?

Premier message =
« J’ai essayé de rester calme mais devant tant de mauvaise foi, j’ai fini par lui raccroché au nez. »
Deuxième message =
« J’ai fait une faute, par lui raccrocher au nez »
Fait-on référence à la faute d’orthographe du premier message ou bien d’avoir fait une faute de lui avoir « raccroché au nez » ?

Premier message =
« Tu n’avais pas su lire correctement ce document. Tu pensais que la taxe d’habitation n’avait pas été du tout payée. »
Réponse = "Si j’avais juste un doute sur « versement effectué hors délais » car ne confirme pas « payé » d’ailleurs je t’avais laissé un message vocal "
=> Dans la réponse, est-ce "si, j’avais juste un doute" ou bien "si j’avais juste un doute" =>une virgule ou pas ? Pour indiquer un « oui » à la question posée en amont ou bien une continuité de phrase.
=> Dans la réponse, est-ce "car ne confirme pas « payé »" => Mon amie "tu ne dois pas confirmer le fait que cela est payé" ou bien "cela ne confirme pas le fait que cela est payé" ?
=> Dans la réponse, est ce "car ne confirme pas « payé » d’ailleurs je t’avais laissé un message vocal" => Mon amie "car ne confirme pas « payé » d’ailleurs => par ailleurs" ou bien "d’ailleurs je t’avais laissé un message vocal" ? À quelle partie de la phrase se réfère le « d’ailleurs » ?

Je vous écris un peu en vrac mes réflexions.
C’est moi qui suis « en vrac » (j’ai la gueule de bois aujourd’hui…) ?
Je vous écris, un peu en vrac, mes réflexions.
Ou bien, ce sont mes réflexions qui sont un peu confuses
Je vous écris mes réflexions, un peu en vrac.
Je vous écris, un peu en vrac , mes réflexions

Je t’ai supporté durant 10 ans
Ambiguïté sur le verbe « supporter » :
1/ porter, soutenir
Ou bien
2/ endurer, subir
« Je t’ai apporté mon support durant 10 ans », ou bien « Je t’ai enduré durant 10 ans » ?

Lui souhaiter son anniversaire ? C’est super délicat de ta part […]
Délicat ?
1/ difficile, embarrassant, malaisé…
Ou bien
2/ bien élevé : poli, gentil, attentionné
=> Lui souhaiter son anniversaire ? Tu fais preuve de délicatesse à son encontre.
=> Lui souhaiter son anniversaire ? Tu te places dans une situation embarrassante.

Un grand classique à la fin d’un mail...
À très vite
Sauf que la touche "v" est à côté de la touche "b"
...

L’impatience... destructrice...

Surtout pour un couple... pour lequel "l’instantanéité" des sms peut être super dangereuse...

Échange sms :
Je t’envoie des messages et tu ne me réponds pas...
Ben si, je répond et je ne comprend pas ce qui se passe.
Tu ne répond pas, que fais-tu ?

L’échange se poursuit par mail :
Je mettrais ma tête à couper que tu utilises mon ancien numéro (terminant par xx).
Ben non, puisque je répond à tes sms sous ton nouveau numéro.

Retour à l’échange SMS :
Ah ben là, je viens de recevoir tes sms en bloc.
Le système devait être saturé et donc... tu "mettais ta tête à couper" que j’étais dans l’erreur ? => et sous-entendu : tu me prends pour un crétin ?
Beuh... arf et s’cuse moi lol.
C’est ça oui...

Conclusion

Écrire pour le web.
Avoir toujours en tête : on n’écrit pas pour le web comme pour le papier.
On écrit pas sur un écran de mobile comme sur un écran de PC.

Des chiffres.
Lire sur écran réduit l’attention de 30 %. L’internaute lit « en diagonale ». Les phrases de 12 mots seraient lues à 100 %.
Lire sur mobile réduit l’attention de 50 %. Le smartphonaute lit « en verticale » (mouvement des doigts).
80 % des internautes ne lisent pas mot à mot dans Internet.
Lire sur écran occulte certains mots et ainsi peut changer le sens.

Ecrire pour le web => réduire de 30 à 50% le texte.
Simplifier les phrases.
Supprimer les négations.
Rester au niveau du sens (les faits).
Simplifier certains mots.
Améliorer la lisibilité en utilisant les puces pour les listes.
Enrichir le vocabulaire (ainsi éliminer les mots ou verbes « creux »)
Lever les ambiguïtés "exemple : c’est plus (+) ou plus (-)..."
Retirer les mots « de liaison » qui n’apportent pas ou peu de sens comme : « mais », « aussi », « par exemple », « donc », « car », « maintenant », « parfois », « néanmoins », « en revanche » etc.

- Raccourcir et simplifier. Faire attention à l’orthographe.
Placer des accroches.
Pour favoriser la lecture et attirer l’œil de l’internaute.
Titres, sous-titres, accroches qui « englobent » de sens un paragraphe – on parle de « micro guidage »
Séparer les paragraphes – un paragraphe = 1 idée.

Lire aussi
  • Usage de la bonne typographie
  • Cet article est paru sur le site www.marketing-internet.com. Il a été complété par la suite. La (...)
  • Quelques clichés concernant internet
  • Clichés sur internet Cet article se fonde sur des études ou des articles publiés sur le web ainsi (...)
  • Faut-il supprimer la barre de navigation ?
  • Barre de navigation Article paru sur le site www.usabilis.com Depuis 2 ou 3 ans un certain (...)
  • Les effets de terminaison
  • Cet article a été publié sur le site www.marketing-internet.com La plupart des activités ou des (...)
  • L’approche métaphorique sur le web ne marche pas
  • Réaction à un article de Jean Marc Hardy (www.redaction.be) concernant les techniques de (...)
  • Multilinguisme
  • Les quatre dimensions de la localisation Le choix de la localisation d’un site, d’un produit (...)